vendredi 5 septembre 2008

Comme à la Rhodiaceta #4

* J'ai vu des trucs et des machins, des films et une expo, lu des livres, etc, etc.

* Mais surtout j'ai enfin acheté Baby Face Nelson was a French Cowboy et French Cowboy & Lisa Li-Lund Share Horses (oui je vous ai jamais dit mais je suis un peu un psychopathe des Little Rabbits, dont j'avais absolument tout jusqu'à ce qu'on me vole un poster dans un déménagement il y a qq années, et du coup j'ignore pourquoi j'avais tant retardé l'achat de ces deux albums, qui comptent 4 ex-Rabbits dans leurs formations, peut-être parce que Bang! s'était révélé un pétard mouillé, rigolo au début mais vite lassant). Le second est pas des plus confortables à la première écoute, ça fait un peu uniforme, un peu bouillie parfois, ce mélange d'expé, de son FM lo-fi et de vieux rock. A réécouter, je pense, mais ça vaut pas sa sublime jaquette rouge havalina. Le 1er par contre est assez formidable, bien meilleur que Bang! a priori, dont il reprend d'ailleurs certaines chansons sans cet artysme qui les plombait. On est à un mi-chemin entre La Grande Musique et Grand Public, les deux albums les plus périlleux de la discographie des Petits Lapins, et ce qui est beau, c'est qu'il me semble que BFNwaFC prend le meilleur des deux, laissant leurs moins bons réflexes au placard (notamment pour ce qui concerne La Grande Musique, c'est plus difficile de dire concernant Grand Public, qui était une tuerie mais manquait juste de titres en français, ici un aparté pour dire qu'à part Dominique A et Françoiz Breut, je n'écoute plus rien d'autre rayon rock français, tout le reste m'écorche les oreilles, y'a bien qu'Âné, Breut et les Lapins pour savoir encore écrire du rock francophone), ce qui fait que le gainsbourien "tu t'appelles comment? moi, c'est baby face... etc etc" s'auto-désartyse de mesure en mesure, évite la Katerinisation qui le guettait pourtant (oui, les Lapins ont joué avec Katerine récemment, alors même que Katerine était à mon sens dans la période la plus nulle de sa carrière), devient très simple, très beau, cris primitifs pas cris ironiques, imaginez chez Katerine un titre qui s'appellerait "Hymne à la baise" on s'attendrait à devoir rigoler, là ce n'est pas le cas, c'est pas jouisseur rigolo comme on pourrait le croire, c'est même apeuré et fragile.

* Souvenir extatique d'ailleurs du tout premier concert live des French Cowboy, bien avant Bang!, juste après la séparation des Rabbits en fait, je me souviens de Noguerra qui chantait faux sur scène avec son texte à la main, Katerine qui passait dans le public comme un con sans jeter le moindre le regard à personne, ça aurait pu être affreux, mais y'avait les courts métrages de Pellegrini en intro, qui étaient immensément drôles et touchants, et puis Noguerra n'est restée que deux chansons, après c'était Pelligrini et les autres, le guitariste blond à mèche, là, on aurait cru des quadras adolescents au meilleur sens du terme, c'était beau à pleurer.

* Oui et donc : NOW IS KANSARA!

1 commentaire:

ptitChromosomes a dit…

Tiens donc...


(careful)