mardi 14 octobre 2008

Fixycam.

* J'espère ravoir le net chez moi à partir de demain (j'ai reçu une freebox ce jour 10 min avant de partir, pas pu la tester, donc).

* C'est assez édifiant comme j'ai souffert de n'avoir plus le net depuis mon déménagement, comme je ne pourrais plus vivre sans, ça a redoublé ma sensation d'isolement, me retrouver seul après toutes ces années de colocation puis de vie de couple, et en plus n'avoir plus ni internet ni ligne de téléphone fixe, c'était vraiment pénible. Ces derniers jours sont pires encore, de toute façon ces derniers jours sont pires pour tout, c'est pas facile de tirer un trait sur 4 ans comme ça...

* Coq-à-l'âne : beaucoup repensé, sans trop savoir pourquoi, ces derniers jours à cette anecdote qui m'avait été rapportée par Samuel Mittelman, à propos du tournage de Basse-Normandie de Patricia Mazuy, film souvent mal aimé mais que je persiste à trouver magnifique, cette anecdote donc qui était venue au milieu d'un discours sur les steadycameuses (oui, apparemment ce sont souvent des femmes derrière les steady, c'est assez étonnant d'ailleurs, je trouve, on a plutôt dans l'idée que comme ce sont des engins lourds...), discours souvent entendu d'ailleurs, assimilant régulièrement steadycameuses et chieuses courant après le seul argent (sûrement infirmable, hein, je n'en sais rien, n'ai eu qu'une expérience, certes pas très heureuse, avec une steadycameuse pour l'instant).

* Je passe une ligne pour finir ma phrase parce qu'on s'y perdait : SM racontait donc le tournage de Basse-Normandie, son énergie de l'instant, l'espèce de bordel organisé. Et donc j'aime bien cette anecdote d'un jour de tournage avec steady, où Mazuy décide de demander à la steadycameuse, qui vient de finir son boulot, de ne pas bouger, car elle est justement à l'endroit idéal pour faire un plan fixe. La steadycameuse n'en croit pas ses oreilles : comment ça, faire un plan fixe à la steadycam et puis quoi encore? Mazuy ne la laisse pas discuter : tu me fais un plan fixe point barre, et le plan fut fait.

* Il n'y a pas de morale à cette histoire ; juste que je l'aime bien.

* Ils deviennent quoi, d'ailleurs, les Mazuy-Reggiani?

2 commentaires:

Kaherk a dit…

Et Dernier Maquis, alors ? BF m'a dit qu'il t'avait croisé à la projo !

Julien. a dit…

J'aime beaucoup Basse Normandie.
Et Dernier Maquis aussi.

C'est dit.