samedi 12 avril 2008

Jours sans.

* À lire en correspondance avec mon post d'hier.

* Ceci est un post de week-end. Je le poste vendredi, je ne reposterai pas avant lundi, je pense.

* IU est évidemment mieux placé que moi pour tout cela et je suis effectivement moins informé que lui, n'ai jamais véritablement fait un devis, je suis disons en train de le faire, en train d'apprendre, et plus je m'approche de ces mécanismes, plus je sens que quelque chose pue. Alors certes, il y a du vrac, dans le post d'hier, du bordel, c'est la conséquence de l'empilement successif de conneries auxquelles j'ai été confrontées ces derniers temps, depuis disons que je mets les mains dans le cambouis et que je m'aperçois à quel point sa saleté met du temps à partir, même à l'eau brûlante. Mais effectivement, c'est un post épidermique, qui me conduisait... well... je ne sais moi-même où exactement, il y avait sans doute quelque chose au bout, mais comme dit IU, la réflexion achoppait quelque part...

* Ceci étant, quelques points :

- je ne crois pas avoir dit que les producteurs étaient riches, je sais ce qu'est leur métier, j'en connais personnellement, dont certains (GD, si tu es dans le coin, n'hésitent pas) qui galèrent sévère.

- quand j'écrivais "héroïquement", c'était en réaction à la manière dont FM présentait les choses, qui était assez insupportable, j'en reparlerai quand j'aurai récupéré la retranscription.

- pour ce qui est d'écrire pour des commissions, là en revanche, c'est vraiment d'expérience que je dis ça, mon expérience ne cesse de me confirmer ça. Évidemment, mon expérience n'est pas toutes les expériences, et fort heureusement tout le cinéma ne relève pas de cela. Je ciblais quand même un peu, non?

- pour l'histoire du cadreur, etc, je ne crois pas dire autre chose, je pointais seulement le niveau du discours de FM, qui nous disait en somme l'intermittence ça sert à pas payer les scénarii et à sous-payer les cadreurs, qui de toute façon palpent des sommes monstrueuses, même sur mes gentils petits films aux poches trouées, c'est-à-dire que dans sa bouche les techniciens, qi réclamaient leur salaire minimal, étaient presque les ennemis de ses films...

- pour les salaires des scénaristes, là, je demande à voir. TR , qui nous a communiqué les chiffres, est juriste, spécialisé dans les contrats cinéma, et il semblait halluciner à découvrant les clauses du contrat des Ch'tis. Bon, après, ça je peux pas le prouver et peut-être qu'il nous a raconté des couilles.

- pour Besson... Bon, évidemment c'était provocateur, mais pas seulement, et si je suis d'accord avec IU sur ce que fondamentalement Besson est le héros du PS-C13, je pense que c'est un héros honteux, il ne faut surtout pas qu'ils l'avouent et en public ils le conchient comme de juste, aveuglèment, à tout instant, car il est pratique en tant que bouc émissaire. Ensuite, oui, bien sûr qu'il en profite grassement et qu'il ne risque pas ses fonds propres, c'était une connerie, une mauvaise blague, bon je me comprenais, moi en vérité je reste assez songeur et naïf sur l'idée de sa Cité du cinéma, ses studios, là, je me demande ce qu'il en sortira. Je ne suis pas naïf au point d'en espérer des miracles, mais l'idée, en soi, est séduisante, non? (peut-être que non après tout) (ce que je veux dire, c'est que je ne vois pas le PS-C13 proposer d'alternative si séduisante, au moins sur le papier) (rien d'excitant) (vous comprenez?)

* Vous vous souvenez de ceci? Moi j'y repense souvent.

* Rien à voir, on est retournés hier au lac Daumesnil pour Passemerveille, le film. Je n'avais pas repéré que la foire du trône s'installait ici cette année. Ce change complètement le panorama, mais ce n'est pas sans intérêt. On a appris en outre que ce dimanche, c'est la fête du nouvel an Khmer, et qu'à cette occasion le temple Kagyu-Dzong sera ouvert au public de 9 heures à 18 heures. Sur ce projet, chaque repérage est une surprise, c'est très motivant.

7 commentaires:

Guillaume a dit…

Je passe donc. bonjour!

Je comprends mal ta haine Guigui. C'est marrant que tu échanges avec les gens de Chateau Rouge. Ils étaient venus m'engueuler l'an dernier après Clermont quand j'avais parlé de leur film "La Petite souris". J'avais dit que c'était une purge CNC. A l'époque ou je bossais encore là bas et que j'avais la haine contre le système! (halala l'avance sur recette pour Ruiz qui était passée comme une lettre à la poste sous mes yeux...)

GM a dit…

Héhéhé, le monde n'est décidément pas très grand...

Oulah, effectivement, La Petite Souris, c'est heu... gloups...

Ca a directement à voir avec le CNC le fait que ce soit raté, selon toi?

GM a dit…

tu peux m'expliquer ta dernière parenthèse au fait?

tu as envie de débiner ruiz sur passemerveille, parce que j'ai trop parlé de lui récemment?

Guillaume a dit…

Ha non pas du tout. Mais c'était la première commission d'avance sur recette à laquelle j'assistais et je voyais tous les membres un à un dire "Oui, c'est pas si mal que ça..." "Y'a un vrai potentiel visuel...". Je me souviens surtout de Melvil Poupaud disant "C'est pas super emballant mais j'aimerais bien voir ce que Raul va en faire!". Et puis voila. Tout le monde disait que c'était pas mal. Pas top, mais pas mal. Et Ruiz a eu son avance de 500.000€ tranquillou. A l'unanimité. J'arrivais tout vierge, plein de bonne volonté, en étant invité à la grand messe de l'avance sur recette et j'ai eu un résumé de toutes les déviances de cette belle chose en quelques secondes. Et tu voyais les mecs qui avaient reçu leur coup de fil avant la réunion. Il n'y avait guère que Pascal Légitimus et Marjane Satrapi qui semblaient corrects. Bref...

IU a dit…

Bon je passe sur les considérations insultantes sur Ruiz et sur les membres de l'avance. Je ne sais pas en quoi ce Guillaume observait, mais il était là avec une oreille bien malveillante.
Par contre, juste un truc : si quelqu'un considère que La Petite souris est un échec, il faut l'imputer directement à Château-Rouge et seulement à Château-Rouge. En effet, comme beaucoup des films que nous avons produits, personne n'avait voulu le soutenir sur scénario. Le film s'est fait grâce à l'aide au programme. Donc le CNC n'y est pour rien. (Il n'y a donc aucune relation de cause à effet entre le fait qu'un film soit "une purge" et les aides qu'il a reçu. tout est affaire de producteurs (et de réalisateurs d'ailleurs) qui ont mauvais goût (ou qui font des films chiants) (ou de mauvais goût) (etc, etc, etc.).
Je sais, je devrais pas répondre à ce genre de trucs, mais l'ignorance et les approximations m'énervent (surtout pour servir un discours anti institution, qui est pour le coup, je trouve, parfaitement de mauvais goût quand il s'agit du CNC).

GM a dit…

Je ne comprends pas bien, Guillaume, l'argument le scénario est moyen, "pas mal", "super potentiel visuel", moi ça me paraît pas infamant, et puisque ce genre de collège n'est pas anonyme, il est normal il me semble que le nom compte. Si on sait de quoi est capable un auteur, si on sait ce qu'un auteur, par sa mise en scène, va pouvoir impulser au scénario, alors je ne vois pas pourquoi on lui refuserait l'avance...

Quant à ça : "Et tu voyais les mecs qui avaient reçu leur coup de fil avant la réunion", ça me laisse hautement dubitatif... Tu sors ça d'où?

Guillaume a dit…

J'y allais peut être avec un oeil malveillant et mon objectif était pas d'insulter qui que ce soit (en tout cas ça fait réagir grandement! notre ami cdz vient de me traiter de merde et de poujadiste...), encore moins Raul Ruiz que je ne connaissais pas. Mais disons que les discussions auxquelles j'avais assistées ne prédisaient pas une telle unanimité à l'époque. Ca m'avait marqué, oui, que les gens soient mi figue mi raisin sur l'appréciation du projet et qu'il emporte la mise, alors que d'autres films avaient été violemment défendus (par Laurence Ferreira Barbosa notamment mais je ne me souviens plus du projet) mais étaient passés à la trappe.

J'observai en tant que spectateur neutre et muet.

Quant à La Petite Souris, c'était une réelle réaction à chaud post clermontoise. Je respecte énormément le travail de chateau rouge productions. Vous faites un boulot très difficile et vous le faites très bien. Quand je vois la galère pour monter 2 courts métrages et que je vois votre cadence, je ne peux que m'incliner.